LOUIS VUITTON ET SES MASQUES (TROP?) LUXE

Louis Vuitton vient de troquer son statut de la plus puissante marque de la couture française contre celle du héros sanitaire le plus incompris de la Toile. Ce lundi 13 septembre 2020, elle a dévoilé ses écrans faciaux ultra design censés protéger la population du Coronavirus. Ceci, à un prix qui depuis hier fait jaser.


Masque de la collection «Croisière» 2021 de Louis Vuitton. ©Courtesy of Louis Vuitton

En réaction à la propagation mondiale du Coronavirus, nombreuses sont les marques haute couture à avoir été forcées de voir en celle-ci de nouvelles approches «mode». La création de masque dernier cri alliant ainsi style et hygiène en est une. Début août, Burberry devenait le premier du secteur à faire de cette nécessité une tendance. Ses masques se vendant à environ CHF 100.- la pièce dont 20% étaient reversés à sa fondation contre le COVID-19. Une décision saluée, par la suite reproduite en chaîne par d'autres griffes d'orfèvre comme Chanel, Gucci et le tout dernier en date, Louis Vuitton.


Dans le cadre de sa prochaine collection «Croisière» 2021, l'enseigne parisienne la plus puissante de la couture française vient de dévoiler des masques au format atypique. La marque les décrit selon un rapport du New York Post tels des «casques accrocheurs, à la fois élégants et protecteurs». Or, cette protection présente un prix, qui tout en habillant de classe le minois des passionnés de mode appauvrit dans le même temps les finances de la majorité d'entre eux déjà affaiblies par la crise sanitaire.


A lire aussi: Tik Tok, le nouvel expert «mode»


L'ultra luxe, gage d'une meilleure santé?


CHF 875.-. C’est le montant à débourser d’après Louis Vuitton pour se protéger avec style de la pandémie actuelle. Selon les images partagées sur les réseaux sociaux de l'enseigne, l’écran facial se compose d'un bracelet monogrammé propre au logo de la marque. Lié à ceci, un bouclier mobile pouvant tantôt se porter tel un chapeau, tantôt telle une visière. Et sa plus grande particularité? Le revêtement du plexiglas qui contre les rayons UV du soleil en s’assombrissant.


Mais le gadget qui voulait surfer sur la tendance de ces derniers mois s'est très rapidement noyé dans les abysses du bad buzz. La partie buccale non couverte n'a en effet échappé à personne puisque laissée à l'air libre, alors même que les recommandations des spécialistes comme l'Office fédéral de la santé publique de Suisse (OFSP) sont claires: tout masque doit couvrir de façon complète le nez, la bouche et le menton. Une étude publiée dans la revue américaine Physics of Fluids le 1er septembre 2020 en explique les raisons:

«Les écrans faciaux ne constituent pas la meilleure protection contre le nouveau coronavirus. De petites gouttelettes en aérosols peuvent en effet se déplacer à travers les côtés et le bas de la visière, exposant par conséquent la personne qui la porte».

L'accessoire sera commercialisé sur le site internet de Louis Vuitton dès le 30 octobre 2020, après la diffusion en ligne de son défilé. Il semblerait néanmoins que les aficionados de la marque soient appelés à chérir plus qu'une protection, un design qui n’a pour seul atout la renommée mondiale de son label. Alors être in, oui. Au prix de la santé, non.


A lire aussi: Louis Vuitton luit de mille watts

Sources: -,-,-

ET DU CÔTÉ DES DÉFILES ?