LE MUSÉE QUI DÉPOUDRE L'HISTOIRE DU MAQUILLAGE

Ce printemps, un Musée consacré au maquillage ouvre pour la première fois au monde ses portes à New York. L'exposition d'inauguration "Jungle rose" explorera les marques et icônes de ces cinquante dernières années ayant influencé l'univers de la beauté. Des légendes telles que Marylin Monroe aux révolutionnaires masculins comme Jeffree Star, l'analyse en valait clairement la chandelle.


©DR

Il ne dispose pas encore d'espace permanent, et pourtant le premier "Make-up Museum" (Musée du maquillage) est bien là. L'accrochage d'inauguration intitulé "Jungle rose : maquillages des années 1950 en Amérique ", débutera en mai, pour une durée de six mois au 94, Gansevoort street. Une révolution pour l'industrie muséale, et sa manifeste indigence à-propos des routines beauté de la population, comme l'explique Doreen Bloch, directrice exécutive et co-fondatrice du musée.


"Le Make-up Museum est une institution essentielle pour le paysage culturel de New York. Le maquillage a en effet une histoire de 10 000 ans qui a eu un impact sans précédent dans nos routines beauté, et notamment celle de la dernière décennie"

Rétrospective nécessaire


Erno Laszlo et Marylin Monroe ©DR

"Jungle rose" mettra en lumière les marques et différentes icônes de la décennie ayant influencé l'univers de la beauté. L'exposition comprendra des expériences immersives et plusieurs collections de produits, dont celle pour le visage d'Erno Laszlo, l'un des sponsors de l'exposition. Et lequel aura également marqué l'histoire en embellissant des visages phares tels que Marilyn Monroe, Audrey Hepburn et Greta Garbo.



"Il y a tellement de choses que le musée du maquillage veut et doit explorer, reprend Doreen Block. Les années 1950 sont une période idéale pour que le musée du maquillage commence avec la première exposition, car les années 1950 sont la naissance de l'industrie cosmétique moderne"

Selon la co-fondatrice du salon, l'exposition se concentrera sur la décennie car celle-ci renvoie à la naissance de l'industrie du maquillage moderne. Une prolifération de marques pionnières ont en effet fait les beaux jours de ces époques réunies, comme Elizabeth Arden, Helena Rubinstein, Max Factor et Sally Hansen, entre autres. D'avantage de tendances comme "l'œil de chat" et "le rouge à lèvre audacieux" sublimeront également la rétrospective.


Une industrie en perte de vitesse ?


Le Make-up Museum apparaît à un moment où l' industrie du maquillage, notamment aux Etats-Unit connaît une baisse importante des ventes, notamment auprès de marques de références telles que MAC, Urban Decay et Anastasia Beverly Hills.


Selon les derniers chiffres publié en 2019 par NPD Group, l'entreprise américaine d'étude de marché, les jeunes et nouvelles marques de maquillage génèrent aujourd'hui plus de revenus. Exemple type avec Kylie Cosmetics de Kylie Jenner, qui vient de vendre une participation majoritaire de l'entreprise à Coty Inc. pour 600 millions de dollars, ou la marque de beauté préférée des milléniales, Glossier, qui a ouvert son premier pop-up à Londres après avoir reçu autour de 1,2 milliard de dollars en 2019.


A lire aussi : Kylie et Kendall Jenner : le célèbre duo de plagieuses


ET DU CÔTÉ DES DÉFILES ?