GILBERT ALBERT, DIAMANT BRUT DE LA JOAILLERIE

Mis à jour : juil. 17

Un hommage tout en brillance a éclos derrière les murs du Musée d’art et d’histoire (MAH). L’occasion de découvrir l’oeuvre et la collection personnelle du genevois Gilbert Albert, pionnier dans l’art de la joaillerie.


Collier "Algues or jaune, coquillages (dentales), perles, tourmaline, brillants", par Gilbert Albert (1987). ©Topwalk Magazine

Initialement mise en place par le MAH pour célébrer les 70 ans de carrière de Gilbert Albert, la disparition du natif des Pâquis il y a bientôt un an aura finalement érigé l’exposition “Gilbert Albert: joaillier de la nature” en rétrospective posthume à la fois touchante, naturaliste, et nécessaire.


A lire aussi : A Milan, Van Cleef & Arpels fait briller son patrimoine


Scénographie vernaculaire


Billet réservé la veille en main (mesure anti-Covid oblige), c’est avec émerveillement que l'on pénètre au MAH dans une scénographie vernaculaire prospérant autour de thématiques chères au créateur. Sur les murs peints de vert, des citations inspirantes de Gilbert Albert qui divisent alors la visite en trois sections. La partie “Terre” fourmille d’œuvres faites d’écorces et de bourgeons. La partie “Mer” fait plonger tête la première dans des créations en coquillages, en coraux, ou en perles. Puis la partie “Ciel” explore la voie lactée en mettant en lumière des bagues et des broches en forme de météorites. En surplomb, la réplique d’une canopée invraisemblable enveloppe ce qui présage d’une vaste collection d’orfèvre.


Créations et créateur d’exception


Et c’est dire! Une centaine d’œuvres foisonnent les lieux dont certaines ont, durant la carrière du genevois, permis à celui-ci de devenir le joaillier le plus récompensé au Diamonds International Awards, l'équivalent des Césars dans l'univers de la joaillerie. Alors évidemment, dans la salle Pallatine, surprise et admiration se lisent aisément sur les visages des dix visiteurs autorisés (mesures anti-Covid, toujours) à la vue de ces travaux d’exception. Comme ce collier de 1987 en algues or, coquillage, perle et tourmaline (ci-dessus), ou encore cette demi-parure de 2007 en moulage d’écaille de pomme de pin. Sans oublier ce pendentif dont le scarabée grandeur nature se voit délicatement chaperonné par des saphirs bleu azur.


A lire aussi : Vanto, esthète et esthétique


Finalement, la visite mène dans un espace à demi-clos, où les voix de l’entourage de l’ex-bijoutier en chef de Patek Philippe également dessinateur et sculpteur, retracent son parcours. En contrepoint, des inventions signées par d’autres créateurs qui ont inspiré ou ont été inspirés par l’artisan se déploient dans le Musée. Qu’il s’agisse de sculptures, de couronnes, de pochettes ou de masques en diamant, tous réussissent le pari fou de rendre grâce à la créativité intemporelle de Gilbert Albert. Des bijoux locaux validés dans le monde entier, pour le plaisir des yeux et l’envie de les porter pour l’éternité.

“Gilbert Albert: joaillier de la nature”

Au Musée d’art et d’histoire

Du mardi au dimanche, de 11h à 18h

Jusqu’au 15 novembre 2020

#bijou #genève #joaillerie #musée

ET DU CÔTÉ DES DÉFILES ?

 M A G A Z I N E

SUIVEZ-NOUS
Instagram
Youtube
Pinterest
RSS