1952 à 1967 : une vocation, un premier échec

Jean-Paul Victor Raoul Gaultier naît le 24 avril 1952 à Bagneux (France) dans une famille modeste. C'est à six ans que le petit Gaultier découvre la couture avec sa grand-mère dont il est extrêmement proche. Avec elle, il s'intéresse aux fameux corsets qui deviendront plus tard, sa marque de fabrique. À quinze ans, fasciné par Falbalas, le film de Jean Becker, il réalise qu’il ne veut faire qu’une seule chose dans sa vie; créer des vêtements. Il envoie alors un dossier à l'entreprise Yves Saint Laurent, mais sa candidature est toutefois rejetée à cause de couleurs utilisées selon elle, trop vives. Ce premier échec lui fera perdre beaucoup de confiance en soi, qui déjà depuis son enfance, est facilement ébranlée, et notamment dû à la découverte de son homosexualité qu'il ne sait pas encore comment assumer et gérer à cette époque. Sa grand-mère, proche et aimante, l'aidera énormément à s'accepter tel qu'il est.

1970 à 1974 : études sur le tas

Trois ans plus tard, c'est à l'âge de 18 ans ─ sans n'avoir jamais suivi d'études de mode de sa vie ─ que Jean-Paul réussit à intégrer la Maison de Couture, Pierre Cardin. Cela ne dure qu'un an, avant qu'il ne se décide à continuer son chemin auprès de Jacques Estrel puis de finalement rejoindre en 1971, l’équipe de Jean Patou. Il revient cependant, en 1974, travailler chez Cardin où celui-ci le charge de dessiner une collection destinée à une clientèle américaine. En 1975, l'amour lui sourit puisqu'il rencontre alors Francis Menuge avec qui il vivra une relation passionnelle.


1976 à 1980 : une médiatisation, un second échec

 

Fort de ses six ans d'expériences et pressé d'être son propre chef, le jeune Français quitte Cardin et crée la première collection de sa toute nouvelle Maison de Couture éponyme (sans trait d'union) en 1976. Malheureusement, cette dernière reçoit beaucoup de critiques de la part de la presse écrite. Criblé de dettes et disposant de plus, de peu de confiance en lui, le couturier envisage même de tout abandonner. Jusqu'au jour où Kayshiyama, un groupe japonais séduit par son travail, l'interpelle afin de le soutenir financièrement en échange d'une création de vêtements. Un investissement qui nouera bientôt Gaultier avec le succès.

1982 à 1990 : la provocation comme tremplin

L'investissement que Jean-Paul a reçu lui permet par conséquent, de travailler sans cesse et de redéfinir sa conception du style Gaultier. Sa persévérance paie puisque c'est dans les années 80 que la carrière du jeune créateur décolle enfin! Ses spectaculaires défilés et sa volonté artistique de constamment aller contre-sens plaisent littéralement. Entre robes kilts pour les hommes et bustiers coniques pour les femmes, on surnomme Jean-Paul Gaultier L'enfant terrible de la mode car il cultive cette mode unisexe, effleurant aux tripes, les frontières de la provocation.

En 1983, c'est lui-même qui lance la mode du « Toy Boy », caractérisé par la fameuse marinière que sa Maison remet au goût du jour et qui fait petit à petit la renommée de celui-ci. En 1985, il présente sa première collection enfantine à succès.

En 1990, triste nouvelle pour Jean-Paul Gaultier puisque son partenaire Francis Menuge, décède de la maladie du SIDA. Dévasté, on n'entend plus parler du couturier. Il fait néanmoins de brèves apparitions médiatiques quant au lancement de son projet Jean Paul Gaultier Parfums. Le premier parfum est commercialisé en forme de boîte de conserve, puis les suivants auront pour les femmes, une forme de silhouette féminine « avec tout ce qu'il faut là où il faut » et de façon semblable pour les parfums hommes.

1992 à 2013 : des collections pour tout âge et tout secteurs

 

En 1992, il revient sur scène en lançant sa première collection de jeans street-wear intitulée Gaultier Jeans. Ses différents parfums, accessoires et bijoux qu'il se met à créer rencontrent eux aussi un franc succès. 1997 est l'année de la gloire pour l'Enfant Terrible puisqu'il intègre la Chambre Syndicale de la Haute Couture et lance à ce titre, sa première collec­tion Haute Couture pour femmes. Une collec­tion pour hommes suit quelques mois plus tard.

 

En 2004, Jean-Paul Gaultier ajoute à son C.V. la direction artistique des prêts-à-porter féminins de la maison Hermès. L'aventure dure six ans. Quelques années plus tard, c'est auprès de la gente masculine qu'il fait mouche en dédiant pour ces messieurs, une collection complète. En 2009, Gaultier crée à nouveau, une ligne pour enfants appelée Junior Gaultier puis enchaîne avec une collection pour bébés. L'année d'avant, il se lance même dans la confection d'ameublements, en collaboration avec Roche Bois. Richissime, le magazine Challenges le place 500ème fortune française au Monde et en 2011, il est glorieusement fait Chevalier de la Légion d'Honneur puis reçoit un Globe de Cristal du Meilleur créateur de mode du Monde.

Le bustier conique porté par la chanteuse des Rita Mitsuko et celui aux seins pointus porté par Madonna lors de sa tournée Blond Ambition Tour constituent encore aujourd'hui, avec la marinière, l’emblème du style Gaulthier. Les chanteuses et actrices sont toutes attirées par son style influencé de la culture pop provoc'.

2014 à 2019 : icône vivante

Surchargé de travail, il décide en 2014, de laisser le prêt-à-porter pour uniquement faire de la Haute Couture tout en vacant à plusieurs occupation diverses. En effet, après avoir été durant sa carrière, chanteur, présentateur, membre de jury et réalisateur du reportage abordant la vie de son amie Lady Gaga, en 2015, il est élu président du jury de l'élection de Miss France 2016. L'année suivante, il confectionne 500 tenues pour la revue The One Grand Show au Friedrichstadt-Palast de Berlin (Allemagne). Depuis, Jean-Paul Gaultier continue d'émerveiller et de défrayer la chronique à-travers ses créations, toutes plus ludiques que sensuelles les unes des autres.créations, toutes plus ludiques que sensuelles les unes autres.

Depuis 2020 : la fin d'une ère

Le 17 janvier 2020, Jean-Paul Gautier publiait une vidéo sur son compte Twitter. Il y annonce que son prochain défilé de mode prévu ce mercredi à Paris serait en fait le dernier. Après 50 ans d'irrévérencieuse créativité, le designer français se retire de la création Haute-couture.

« L'élégance est une question de personnalité, plus que de vêtements »​

« Ce sont toujours les personnes mal habillées qui sont les plus intéressantes »​

CITATIONS

COLLECTIONS

VUES

PAR

TOPWALK

MAGAZINE

Texte : Topwalk Magazine

Publié : 21 août 2017

Mis à jour : 01 mars 2020

 

Crédits photos :

Jean-Paul Gaultier  ©Rainer Torrado

Sources texte : 

Jean Paul GaultierWikipediaCloserParis matchGalaReuters

 
 
 
 

JEAN-PAUL

            GAULTIER

Activité actuelle :
Naissance :
Nationalité :
Diplôme :
Profession :
A travaillé pour :
Site web :
Réseaux sociaux :
Fondateur de Jean Paul Gaultier
24 avril 1952 à Bagneux (France)
Française
Couturier Haute-couture, styliste, parfumeur
Pierre Cardi, Jacques Estrel et Jean Patou
ici